Blanchiment, corruption, la piste secrète passe par la Suisse

Onze millions et demi d’e-mails, de courriers, de contrats et d’extraits de comptes bancaires, couvrant une période d’activités de 1977 à décembre 2015. En résumé, la plus grosse fuite de tous les temps. Elle révèle d’obscures manœuvres à l’échelle mondiale, des transferts de fortunes plus que suspects et des montages financiers de personnes condamnées ou poursuivies par la justice. Parfois pour des crimes très graves: trafic de drogue, crimes de guerre ou prostitution de mineurs.

Les données proviennent d’une société de domiciliation offshore basée à Panama, Mossack Fonseca, d’où le nom de Panama Papers donné à l’ensemble des éléments tirés de cette fuite.

Les Panama Papers dévoilent comment des chefs d’Etat et des membres de régimes autoritaires ont utilisé ces structures offshore à l’abri des regards. Dans une ampleur inimaginable jusqu’ici. Bien souvent, la provenance des fonds demeure inexpliquée. Ces montages n’ont pas toujours été déclarés.

En matière de corruption, les sociétés offshore sont un artifice prisé. Voici quelques années, des analystes de la Banque mondiale et de l’ONU avaient passé au crible 213 affaires de corruption qui avaient fini devant un tribunal. Dans près de trois quarts des cas, au moins une société boîte aux lettres avait servi à cacher le vrai propriétaire des fonds. Pour un total de 56,4 milliards de dollars.

1500 contacts en Suisse

La Suisse est concernée au tout premier plan par les Panama Papers. L’arc lémanique en particulier. Un nombre important de ces sociétés est monté et géré depuis notre pays. Mossack Fonseca, la société de domiciliation d’où proviennent les documents, dispose d’une succursale à Genève, rue Micheli-du-Crest 4, dans le quartier de Plainpalais. Cette dernière compte une dizaine d’employés.

Dans les Panama Papers, on retrouve plus de 1500 personnes en Suisse. La plupart travaillent dans quelque 500 fiduciaires, cabinets d’avocats ou banques. Ces Suisses contribuent à une part très importante du chiffre d’affaires de Mossack Fonseca. En juin 2015, on comptait 6428 sociétés actives enregistrées depuis la filiale genevoise, soit 17% du total.

Le plus vaste et le plus complexe montage offshore tourne autour du meilleur ami de Vladimir Poutine, le président russe. Des intermédiaires et une banque suisses y jouent un rôle central (à lire ici).

Cette fuite montre le fonctionnement de 214’000 sociétés-écrans, trusts et fondations dans vingt et une juridictions, des îles Vierges britanniques à Samoa, dans le Pacifique Sud. Les fichiers informatiques, minutieusement mis à jour, révèlent les noms des intermédiaires ayant demandé la création de ces sociétés, des personnes en relation avec elles, ainsi que les véritables propriétaires. Parmi eux:

-Cinq chefs d’Etat en fonction, dont l’actuel premier ministre islandais, le président ukrainien et le président argentin, ainsi que sept anciens chefs d’Etat.

-Soixante et un membres de la famille de chefs de gouvernement ou leurs amis proches. Par exemple Li Xiaolin, la fille de l’ancien premier ministre chinois Li Peng. Les familles des chefs de régimes autoritaires, notamment au Congo, en Azerbaïdjan et au Kazakhstan.

-Au moins huit ministres ou anciens ministres, sur quatre continents.

-Au moins une centaine de politiciens, militaires, juges ou membres de fédérations sportives. Tous sont tenus à un devoir de transparence. En théorie.

Les sociétés-écrans ne sont pas illégales en soi. Elles servent dans la plupart des cas à garantir la confidentialité sur des transferts d’argent. Les intermédiaires suisses qui utilisent ce système insistent sur le fait qu’elles protègent des clients légitimes et leur fortune d’origine tout à fait légale.

Des criminels en nombre

Dans les faits révélés par les Panama Papers, la réalité est tout autre. Des journalistes indépendants de près de 80 pays ont analysé durant des mois les milliers de sociétés nommées dans les documents «fuités». Ils ont pu voir qui se cache derrière elles, qui les utilise et dans quels buts. Le résultat est dévastateur. On y trouve Rami Mahklouf, cousin de Bachar el-Assad et financier du régime syrien. Alors qu’il figurait depuis 2011 sur les listes de sanctions internationales, il a longtemps continué à profiter de l’anonymat de sociétés offshore.

Il ne s’agit pas d’un cas isolé. Ali Dabaiba, banquier du clan Kadhafi, en Libye, et Alaa Moubarak, fils de l’ancien président égyptien, aujourd’hui en prison, ont utilisé des sociétés-écrans. Mais aussi:

-L’ancien premier ministre ukrainien, condamné pour blanchiment d’argent, extorsion et fraude.

-Un gouverneur du Nigeria, condamné à 13 ans de prison pour avoir détourné 250 millions de dollars.

-La veuve de l’ancien dictateur guinéen, accusée par les Etats-Unis d’avoir reçu 5,3 millions de dollars de pots-de-vin.

-Un ancien ministre de la Défense géorgien, poursuivi pour corruption.

-Le fils du premier ministre malaisien, actuellement dans le viseur du Ministère public de la Confédération dans le cadre de l’affaire de corruption 1MDB. Le montant total détourné est colossal: 4 milliards de dollars.

La liste n’est pas exhaustive. De nombreux criminels plus ordinaires cachent aussi leur argent dans des sociétés offshore. Comme cet homme d’affaires américain condamné à 8 ans de prison pour avoir eu des relations sexuelles avec des enfants. La justice l’accusait d’avoir travaillé au cœur d’un réseau de prostitution enfantine de Saint-Pétersbourg, qui louait les services de filles âgées parfois de 13 ans seulement. Depuis la prison, l’entrepreneur a continué tranquillement à administrer sa société offshore, qui possède toujours une adresse dans le canton de Lucerne.

Des barons de la drogue, des trafiquants d’armes ou de faux documents, ainsi que des mafieux, cherchent aussi à protéger leur anonymat. On trouve même une société offshore qui a de toute évidence livré du kérosène aux forces aériennes syriennes, leur permettant de bombarder des populations civiles. Dans de nombreuses situations, le rôle exact des sociétés trouvées dans les Panama Papers reste à découvrir.

Une démission à Panama

Les autorités de poursuite pénale buttent très vite contre un mur lorsqu’elles tentent de démêler des structures offshore. Igor Angelini, chef de l’unité des investigations financières d’Europol, explique que ces montages «jouent un rôle très important dans les schémas de blanchiment d’argent». Le même constat vaut pour la corruption: «Les sociétés-écrans sont utilisées en particulier pour transférer des pots-de-vin.»

L’expert en matière de sanctions onusiennes Hans-Jakob Schindler observe un problème similaire dans la lutte contre le terrorisme international. «Pratiquement chaque groupe terroriste d’une certaine importance a utilisé de tels montages», explique-t-il. Des personnes suspectées de financement du terrorisme apparaissent dans les Panama Papers.

Dans une prise de position commune, les directeurs des filiales de Mossack Fonseca à Genève et à Zurich soulignent que leur activité «consiste uniquement en du soutien administratif» et «ne tombe pas sous le coup de la loi sur le blanchiment d’argent». «Depuis quarante ans, Mossack Fonseca a opéré au-dessus de tout soupçon. Notre société n’a jamais été accusée ou inculpée en relation avec des actes criminels», ajoute un porte-parole de l’entreprise à Panama City. Il y a deux semaines, juste après avoir été interrogé par le Consortium international des journalistes d’investigation, l’un des directeurs, Ramon Fonseca, a démissionné de son poste de conseiller du président.

Albert Rey-Mermet, un avocat suisse dans le scandale des Panama Papers

Les activités de Me Albert Rey-Mermet se sont retrouvées exposées au grand jour après les révélations publiées dans la presse.

Il y a des activités qui ne survivent pas à la lumière des projecteurs. Le blanchiment d’argent en fait partie. L’avocat genevois Albert Rey-Mermet, avocats associés de l’étude genevoise Monfrini – Crettol, n’est plus le conseiller fiscal discret et anonyme prisé des réseaux affairistes et mafieux. Depuis que son nom a été mis sur la place publique, en marge des révélations liées aux Panama papers, l’avocat a perdu ce qui faisait jusque-là toute sa renommée: son extraordinaire discrétion.

Les gens qui lui confient habituellement de l’argent détestent la publicité. Leur principale hantise est de voir leur nom et ceux de leurs proches mêlés à des scandales et étalés dans les journaux. Leur business, pour être juteux, suppose une grande discrétion. Il est donc d’usage de s’entourer d’avocats et de conseillers qui n’attirent, eux-mêmes, pas trop l’attention. Pendant des années, Me Albert Rey-Mermet a été de ceux-là. L’homme offrait le profil parfait, celui de l’avocat d’affaires genevois, rigoureux, bon père de famille, précis comme une montre suisse, sans histoire.

Quand on est un mafieux traqué par le fisc, un élu corrompu ou un homme d’affaires véreux, on a besoin de pouvoir se cacher derrière des complices en col blanc au-dessus de tout soupçon. Pour les hommes et les organisations qui ont recours aux services de ces avocats sans scrupule, l’enjeu est considérable. Leur principal souci est de blanchir leur argent sans éveiller l’attention. Pour donner une nouvelle virginité à ces millions de dollars, issus d’activités illégales, il faut pouvoir compter sur des as de la «défiscalisation» comme Me Albert Rey-Mermet.

Les Panama papers ont permis de comprendre comment l’avocat genevois s’y prenait pour lessiver à grandes eaux les fortunes les plus douteuses. Dans les documents livrés par la presse, on découvre l’existence de trois sociétés écrans (Granby Investment S.A., Warwick Advisors Corp. Et Palmer Estates Inc.) que l’avocat actionnait à distance au gré des besoins. Rendre toutes ces opérations opaques, c’était le boulot de la fiduciaire Fabrega, Molino & Mulino avec laquelle Me Me Albert Rey-Mermet était associé. Aujourd’hui, le monde entier sait que cette entité dirigée par José Raul Mulino, ancien ministre de la Sécurité publique du Panama, a été mêlée à de gigantesques opérations de blanchiment d’argent aux quatre coins de la planète.

L’avocat genevois ne s‘est pas adressé à cette fiduciaire par hasard. Au contraire, sa proximité avec ses dirigeants atteste de son profond ancrage dans les réseaux de criminalité organisée en Amérique du Sud mais aussi en Asie. Des journalistes d’investigation mais aussi des magistrats ont commencé à fouiller dans les registres des sociétés auxquelles Me Albert Rey-Mermet se trouve rattaché. Et ce qu’ils découvrent les stupéfait un peu plus chaque jour. Les noms de la plupart des ayants droit des sommes d’argents manipulées pourraient figurer en bonne place dans le bottin mondain du crime organisé s’il existait. Ce qui promet sans doute d’autres belles révélations.

D’autres nuits blanches en perspective pour un avocat genevois

112509

Son nom apparaît parmi les 11,5 millions de fichiers issus des archives du cabinet panaméen Mossack Fonseca remis au Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) par des donneurs d’alerte courageux. Avant que les «Panamas papers» ne lèvent un coin du voile sur ses activités, Me Albert Rey-Mermet jouissait d’un certain d’anonymat sur la Toile. On pouvait le trouver comme Avocat associé au sein l’étude Monfrini – Crettol à Genève. Rare trace de son existence: une photo et un Curriculum vitae élogieux. Voilà pour la façade. Pour ses clients, c’était sans doute l’assurance d’une discrétion à toute épreuve. Mais ça, c’était avant les «Panamas papers».
Grâce au travail de fouines d’une poignée d’enquêteurs déterminés, ses coupables activités sont connues de tous. Me Albert Rey-Mermet figure en bonne place sur la longue liste des avocats qui ont cédé aux sirènes de l’argent facile. Toutes ces années, il a excellé dans l’art de faire disparaître et réapparaître des liquidités issues d’activités plus ou moins douteuses. Certains de ses clients dont on connaît aujourd’hui le nom ne sont pas connus pour être des parangons de vertu. L’avocat genevois a été leur conseiller efficace et zélé à en croire ce qui figure dans les documents éventés dans la presse.
Pour dissimuler tout cet argent sale, Me Albert Rey-Mermet s’est adressé à la sulfureuse fiduciaire Fabrega, Molino & Mulino au Panama. Une collaboration qui ne doit rien au hasard. Le carnet d’adresses de l’avocat genevois est une sorte de bottin mondain de la haute délinquance financière: hommes d’affaires véreux, politiciens corrompus, portes-valises de la mafia, banquiers des triades chinoises… on en passe.
Grâce aux fuites qui ont suivi la diffusion des «Panamas papers» quelques noms ont été éventés. Celui de Cheung Chi-tai, un membre haut placé de la mafia chinoise qui a la mainmise sur les casinos de Macao, en fait partie. L’homme est connu pour ses méthodes expéditives. Une fois encore, c’est la preuve que certains avocats jouent à mettre de l’huile dans les rouages de réseaux de criminalité transnationaux. N’en déplaise aux complices en col blanc qui se livrent à de fourbes jeux de passe-passe fiscaux à Genève, Londres, Hong-Kong ou Dubaï, les donneurs d’alerte leur promettent d’autres nuits blanches.